Le métier de moniteur de voile

voileRomain, moniteur de voile au lac de Saint-Pardoux, à de jeunes débutants. Ce passionné de voile a commencé à travailler au club de voile du lac dès l'âge de treize ans comme aide moniteur. Ensuite, il a passé une formation aux premiers secours, un niveau 5 en voile sur planche à voile, un test de natation et le permis bateau. « En plus, il ne faut pas craindre le soleil ou de mouiller le maillot régulièrement. » Depuis trois ans, Romain consacre son été à tenter de transmettre sa passion pour les sports de voile aux plus jeunes, mais pas seulement. « Un jour, un papy d'environ 70 ans est venu pour apprendre la planche à voile. Aujourd'hui, il se débrouille tout seul et il a même un équipement plus performant que le mien », raconte Romain, avec le sourire.

 

Avant le départ, quelques précautions ont été prises. Les enfants peuvent découvrir les joies de la voile dès l'âge de huit ans. Et il n'est pas nécessaire de savoir nager. « L'important est de ne pas avoir peur de l'eau ». Pour cela, un test est réalisé au préalable. Équipé d'un gilet de sauvetage, il faut être capable de sauter dans l'eau depuis le ponton, sans paniquer, en espérant qu'elle ne soit pas trop froide. Une fois ce petit examen réussi, il est alors possible de voguer sur l'une des embarcations disponibles au site de Chabannes.

 

Mais la voile est un sport qui dépend énormément de la météo. « L'idéal pour faire de la voile, c'est du soleil et du vent. » Mais s'il pleut ? « Alors je mets un anorak, et j'espère que les enfants sont aussi équipés. Sinon, au bout de dix minutes, ils ont froid et il faut revenir au club ». En cas d'orage, naviguer devient vraiment dangereux, et les cours sont annulés.

 

Quand les conditions météorologiques sont bonnes, l'étape suivante est l'équipement. Romain distribue à chacun un gilet de sauvetage adapté à sa morphologie. Tout le monde se rend ensuite sur le ponton, où sont amarrés les funboards. « Ce ne sont pas des bateaux hyper performants, ils s'abîment vite, mais sont idéaux pour les enfants. En effet, ils sont faciles à monter et à man'uvrer, les enfants peuvent partir vite, et la coque permet de petites sensations. » Quelques consignes simples sont finalement données. Un enfant tient l'écoute, et un autre s'assoit à l'arrière pour diriger. « Quand on barre à gauche, on vire à droite. Et inversement. Essayez d'y penser. »

 

Pendant la session, Romain surveille attentivement tous ses protégés, et veille à ce qu'ils ne s'éparpillent pas trop, et restent groupés. « J'aime bien tous les âges, explique Romain, mais c'est vrai que les 15-17 ans c'est assez sympa, ils essaient de se montrer plus malins, de tricher, et des fois se retrouvent face au vent. Ça crée de l'animation. »

 

La séance terminée, les enfants mettent le cap sur le ponton du club. Une fois arrivés, ils ont le droit de sauter à l'eau afin de se rafraîchir. Enfin, ils attachent leur gilet mouillé sur une barrière, s'enroulent dans leur drap de bain et remercient chaleureusement Romain.

 

(lepopulaire 30/07/13)

Vous devez être connecté à votre compte pour ajouter des commentaires. Si vous n'avez pas de compte, merci de vous enregistrer.
Recherche
dans tous les articles disponibles
 
Rechercher une vidéo
Evénements
Les jeunes et les métiers d'avenir
  Les jeunes et les métiers d'avenir    
Orange vise 20 % de femmes dans ses métiers techniques d’ici 2020
Stéphane Richard, PDG d’Orange est très impliqué aux côtés de la liber...
 
Euro-France Médias Ministère Industrie France Télévisions Ministère Education